Stimulation des ganglions rachidiens

La stimulation des ganglions rachidiens est une méthode récente de traitement des douleurs chroniques. Elle fait partie des possibilités thérapeutiques regroupées sous le terme de neuromodulation. Le ganglion spinal est un faisceau de noyaux et de fibres nerveuses qui filtre tous les stimuli sensoriels et douloureux. Lorsque les douleurs sont si fortes et que toutes les autres mesures thérapeutiques sont inefficaces, le nerf correspondant peut être stimulé de manière ciblée au moyen d'un courant électrique de faible intensité. De cette manière, la transmission de la douleur par le ganglion spinal sera bloquée.

La stimulation du ganglion spinal est utilisée pour les maladies suivantes :

  • syndrome douloureux régional complexe (causalgie, maladie de Sudeck)
  • neuropathies thoraciques (après mastectomie, thoracotomie, herpès zoster)
  • douleurs abdominales et viscérales (pancréatite chronique)
  • douleurs inguinales et testiculaires (après une opération de hernie inguinale)
  • douleurs postopératoires (p. ex. épaule, main, hanche, genou, pied, etc.)
  • douleurs du membre fantôme et du moignon (après amputation)
  • neuropathies d'apparition distale (polyneuropathie, diabète)

Comment fonctionne la stimulation des ganglions rachidiens?

Le principe de la stimulation du ganglion spinal est similaire à celui de la stimulation de la moelle épinière, à la différence que l'électrode n'est pas placée sur la moelle épinière, mais sur le ganglion spinal. Le ganglion spinal est une structure située entre la moelle épinière et le nerf périphérique, qui contient les corps cellulaires des cellules nerveuses sensitives et qui est impliquée dans le processus d'apparition et de transmission de la douleur chronique. Elle constitue une interface importante pour la communication entre le système nerveux périphérique et le système nerveux central. Comme pour la stimulation de la moelle épinière, le neurochirurgien place les électrodes mini-invasif sur le ganglion spinal sous la contrôle radiographique. La hauteur à laquelle l'électrode est implantée dépend de l'endroit où se situe la douleur.

Quels sont les avantages de la stimulation des ganglions rachidiens ?

Il est possible de stimuler de manière ciblée certaines parties du corps, par exemple uniquement le genou ou le pied, contrairement à la stimulation de la moelle épinière qui couvre une plus grande surface. Le taux de complications dues au déplacement des électrodes est plus faible, tout comme la consommation électrique de l'appareil. De plus, les sensations corporelles désagréables liées à la position (paresthésies) telles que les picotements, les "fourmis dans les jambes" ou l'engourdissement sont moins fréquentes.

L'inconvénient de la stimulation des ganglions rachidiens est la technique d'implantation plus exigeante.

Qui peut bénéficier d'une stimulation des ganglions rachidiens?

La procédure de sélection est la même que pour la stimulation de la moelle épinière. Les patients traités par la chirurgie, les traitements conservateurs et les médicaments, qui ont une qualité de vie limitée et qui souffrent beaucoup, sont éligibles pour une stimulation des ganglions rachidiens. Ils sont d'abord évalués par une équipe interdisciplinaire composée de thérapeutes de la douleur, de psychiatres et de neurochirurgiens. Avant l'opération, une imagerie par résonance magnétique (IRM) doit être réalisée afin d'exclure d'éventuels obstacles au passage ou des rétrécissements dans la zone du neuroforamen. En outre, une présentation à notre consultation d'anesthésie est nécessaire. Nous demandons une garantie de prise en charge des coûts à la caisse d'assurance maladie.

Les personnes qui entrent en ligne de compte pour une stimulation des ganglions rachidiens passent d'abord par une phase de test avant que le neurostimulateur ne soit définitivement implanté. Avant la phase de test, les collègues du service de traitement de la douleur effectuent une cartographie des paresthésies, c'est-à-dire une évaluation des sensations corporelles désagréables. Sous contrôle radiographique et/ou échographique, un courant électrique est administré de l'extérieur sur le ganglion spinal à l'aide d'une aiguille afin de mieux délimiter la zone douloureuse sous forme de fourmillements. Cet examen nous aide, nous les neurochirurgiens, à déterminer la hauteur correcte de la position des électrodes ainsi que le nombre d'électrodes nécessaires.

Comment se déroule le processus d'implantation?

Le patient arrive le matin à jeun pour l'opération. Celle-ci se déroule sous rachianesthésie. En salle d'opération, les électrodes sont placées sur le ganglion spinal sous contrôle radiographique. Pendant l'opération, le patient indique si la zone douloureuse est bien couverte par les paresthésies. Si c'est le cas, les électrodes sont connectées sous la peau à une extension qui sort de la peau au niveau du tronc. Un stimulateur de test externe est connecté à cette extension. Le patient reste une nuit à l'hôpital pour être surveillé et peut rentrer chez lui le lendemain.

La phase de test dure une à deux semaines. Les douches et les bains ne sont pas autorisés pendant cette période. Les soins à domicile sont organisés pour changer régulièrement les pansements et contrôler les plaies.

Si le patient bénéficie de la stimulation, l'implantation définitive du neurostimulateur, également appelé batterie, est réalisée en ambulatoire. Cela signifie que le patient arrive le matin pour l'intervention et qu'il peut rentrer chez lui le soir même. Avant que le patient ne rentre chez lui, une radiographie est effectuée pour contrôler la position des électrodes.

Si le patient ne réagit pas à la thérapie, les électrodes sont retirées.

Quel est l'objectif de la thérapie ?

L'objectif premier est d'améliorer la qualité de vie. Cela comprend :

  • réduction de la douleur de 50 %.
  • réduction des analgésiques
  • Amélioration de la qualité du sommeil
  • augmentation de l'activité physique
  • réinsertion dans le processus de travail
  • amélioration générale du bien-être psychique

Bien qu'il soit possible, dans de rares cas, d'obtenir l'absence de douleur, il ne s'agit pas d'un objectif réaliste. Il n'est pas non plus attendu de cette thérapie.

Quelles sont les complications?

Le taux de complications est faible. Néanmoins, comme pour toute intervention, des complications peuvent survenir.

Complications possibles dans la phase initiale

  • Hémorragies pouvant entraîner des paralysies temporaires ou, plus rarement, permanentes, et nécessitant une intervention chirurgicale de décharge.
  • Infections pendant la phase de test
  • Déplacement des électrodes
  • problèmes de connexion des électrodes à la batterie
  • Défaillances de la batterie

Complications possibles dans les phases tardives

  • Perte de l'effet de stimulation
  • Infections
  • Déplacement des électrodes
  • Rupture de l'électrode
  • Rupture de câble
  • Mauvais fonctionnement de la batterie
  • Douleur dans la zone d’implantation de la batterie

Quel est le suivi?

Le patient vient nous voir à la clinique deux semaines plus tard pour le retrait des fils et le contrôle de la plaie. Le stimulateur est alors contrôlé et la stimulation est adaptée. D'autres contrôles réguliers ont lieu après 6 semaines, 3, 6 et 12 mois, puis à intervalles annuels. Lorsque la pile est vide, elle doit être remplacée par une petite intervention sous anesthésie locale.