Anévrisme d'une artère cérébrale

, ,

Environ 2 % de la population présente un élargissement ou dilatation en forme de ballon d'une artère cérébrale - ce que l’on nomme un anévrisme. Les anévrismes cérébraux ne provoquent généralement pas de symptômes spécifiques et sont habituellement découverts de manière fortuite lors d'un examen par imagerie par résonance magnétique (IRM) ou d'une tomographie computérisée (CT scanner). Ils sont dans ce cas décrits comme de "découverte fortuite" ou "accidentels". Chaque anévrisme a un risque propre de se rompre et de provoquer une grave hémorragie cérébrale. Une rupture d'anévrisme, ayant pour conséquence une hémorragie sous-arachnoïdienne, peut être évitée au moyen d’un traitement approprié.

Découverte fortuite d'un anévrisme - traiter ou attendre?

Si un anévrisme a été diagnostiqué par hasard lors d’un examen radiologique, nous recommandons une consultation avec l'un de nos médecins spécialistes en neurochirurgie ou en neuroradiologie. Habituellement, les images, les facteurs de risque et les antécédents du patient sont d'abord discutés lors d’un colloque hebdomadaire interdisciplinaire sur les anévrismes. Dans la plupart des cas, un suivi régulier est envisagé. S'il existe des facteurs de risque clairs de rupture, nous conseillons par contre un traitement. Il est très important de discuter et de peser le pour et le contre d’un traitement et d'informer le patient sur les différentes options thérapeutiques. Dans de nombreux cas, l’orientation personnelle du patient joue un rôle majeur. En effet, certains patients préfèrent vivre avec un faible risque de rupture prolongé dans le temps (suivi de l’anévrisme), tandis que d’autres préfèrent accepter un risque ponctuel lié au traitement.

> 800 cas
dans le board de l'anévrisme par an
Expérience
Des équipes de traitement de renommée internationale
9,3 von 10
Meilleure note pour la recommandation par nos patients

A l'Inselspital, nous proposons à nos patients une consultation spécialisée auprès des consultations cérébrovasculaires du Prof. Andreas Raabe et du PD Dr. David Bervini. Les anévrismes cérébraux sont l’un des piliers de recherche au sein du Neurocentre (neurochirurgie, neuroradiologie et neurologie) de l'Inselspital.

Les anévrismes sont-ils fréquents?

L'incidence des anévrismes cérébraux dans la population générale est d’environ 2 %. Des analyses systématiques d'angiographies cérébrales confirment ce chiffre de manière relativement constante. Des études récentes sur la fréquence d’anévrismes lors d'examens IRM chez des adultes en bonne santé ont également confirmé cette même fréquence de 2 % *. D'autres études vont jusqu'à des valeurs de 6 %, celles-ci étant toutefois basées sur des résultats d'autopsies de patients âgés avec un risque plus important de maladie cardiovasculaires, ce qui explique probablement la surestimation du risque par rapport à la population standard.

Quel est le risque de rupture?

En cas de rupture d’anévrisme, la vie des patients est en danger. Environ 30 % des patients décèdent des suites directes ou indirectes d’une rupture anévrismale (ou hémorragie sous-arachnoïdienne, HSA). Moins de 20 % des patients survivent sans séquelles à ce genre d’hémorragie.

Il est donc logique de traiter un anévrisme avant sa rupture. La condition préalable est toutefois que le risque de rupture soit considéré comme plus élevé que les complications potentielles du traitement prophylactique.

D'après plusieurs grandes études internationales, les petits anévrismes (< 7 mm) accidentels de la circulation antérieure présentent un risque très faible de saignement, qui est d'environ 0,2 % par an. Pour les autres anévrismes, le risque de rupture est supérieur à 10 % par an. Il est donc nécessaire d'examiner attentivement dans quels cas le suivi des patients doit à favorisé et dans quels cas le traitement des anévrismes doit être recommandé.

Pour plus d'informations sur les ruptures d'anévrisme et les hémorragies cérébrales, voir la page Rupture d'anévrisme et hémorragie sous-arachnoïdienne.

Les facteurs suivants (individuellement ou en combinaison) influencent le risque d'hémorragie et peuvent donc aider à orienter les décisions sur la prise en charge d’un anévrisme cérébral. Si un patient ne présente aucun de ces facteurs de risque, le risque de saignement de l'anévrisme est inférieur à 0,2 % par an.

Facteurs de risque +++Facteurs de risque+
Taille de l'anévrisme > 10 mmTaille de l'anévrisme > 7 mmHypertension artérielle
Croissance de la taille des examens de suivi IRMLocalisation dans la circulation postérieuretabagisme actif
Anévrisme familial avec au moins deux parents au premier degré affectésforme irrégulière, vésicule, rapport de taille > 1consommation accrue d'alcool
 hémorragie antérieure due à un autre anévrismeanévrismes multiples
 Enrichissement de la paroi de l'anévrisme avec un produit de contraste pendant l'examenfacteurs génétiques tels que la polykystose rénaleg
  anévrismes chez 2 parents au second degré ou plus
  autre risque génétique

Suivi radiologiques des anévrismes : à quelle fréquence?

Nous recommandons généralement un suivi annuel par IRM sans injection de produit de contraste. Même si la taille d'un anévrisme est stable sur plusieurs années, il existe toujours un risque qu'il puisse évoluer et augmenter de taille. Cependant, les intervalles des examens de suivi sont adaptés à l'âge du patient et aux caractéristiques de l'anévrisme, au cas par cas. Le calcul des intervalles optimaux pour les examens de suivi est un sujet de recherche scientifique d'actualité au sein du département de neurochirurgie et de l'institut de neuroradiologie de l'Inselspital.

Chez 2 à 5 % des patients examinés et contrôlés une fois par an au moyen d'une IRM, un anévrisme augmente ou change de taille, avec apparition d’irrégularités (blebs). Ces deux facteurs augmentent le risque de saignement d'un facteur 10 et sont une indication au traitement dans la plupart des cas.

Un suivi supplémentaire en cas d'augmentation de taille avérée est rarement recommandé et dépend des facteurs de risque du traitement. Il n'y a pas de modèle de croissance uniforme dans les anévrismes et on ne peut pas prédire le risque de croissance dans le futur même si un anévrisme est resté stables pendant plusieurs années auparavant.

 

Quels sont les risques du traitement?

Le risque de complications graves liées au traitement des anévrismes non rompus est, dans les centres spécialisés, d'environ 2 % pour ce qui est des anévrismes situés au niveau de la circulation cérébrale antérieure et ayant une taille inférieure à 10 mm. Cela est vrai tant pour le traitement chirurgical que pour celui endovasculaire *, *, *. Il existe cependant des rares sous-types d'anévrismes, tels que les anévrismes géants, qui présentent un risque de traitement plus  élevé.

Opération microchirurgicale – clipping (ou découpage)

Les complications graves les plus courantes de l'incision au cours d'une microchirurgie sont les hémorragies postopératoires graves, l'épilepsie permanente ou l'occlusion vasculaire entraînant un accident vasculaire cérébral. Ces risques s'élèvent à environ 2 %.

Thérapie endovasculaire – Coiling et/ou pose de stents

Les complications graves les plus courantes de la thérapie endovasculaire sont la perforation de l'anévrisme avec la boucle ou le fil métallique avec hémorragie ultérieure, l'occlusion vasculaire entraînant un accident vasculaire cérébral ou une réaction allergique de contraste. Ces risques s'élèvent également à environ 2 %.

Quelles sont les chances de réussite du traitement?

Opération microchirurgicale - clipping (ou découpage)

Environ 97 % de tous les anévrismes dont l'opération a été soigneusement planifiée avant l'opération peuvent être éliminés pendant l'opération. Il existe des constatations peropératoires, telles que des vaisseaux petits mais importants sortant directement de l'anévrisme ou des calcifications imprévisibles et un épaississement de la paroi, qui peuvent conduire à un changement de stratégie de traitement en faveur d'une thérapie endovasculaire. En tout état de cause, le principe du risque de traitement le plus faible s'applique toujours dans notre centre.

Les contrôles de suivi après la coupure sont rarement nécessaires. Parmi les anévrismes clippés, seuls 5 % environ nécessitent une observation supplémentaire en raison d'un reste existant et 1 % seulement un traitement de suivi.

Thérapie endovasculaire – coiling et/ou stenting

Après une thérapie endovasculaire, environ 20 % de tous les anévrismes présentent une petite reperfusion résiduelle ou croissante au cours du traitement. Par conséquent, en règle générale, tous les anévrismes traités par voie endovasculaire doivent être suivis après 6 mois et après 24 mois par une IRM et, si nécessaire, une nouvelle angiographie. Environ 10 % de tous les anévrismes nécessitent un nouveau traitement après une thérapie endovasculaire. Si des difficultés inattendues surviennent au cours du traitement endovasculaire, cela peut conduire à un changement de stratégie de traitement au profit d'une thérapie chirurgicale. En tout état de cause, le principe du risque de traitement le plus faible s'applique toujours dans notre centre.

 

Le traitement microchirurgical et endovasculaire des anévrismes en détail

Auteurs: Johannes Goldberg, David Bervini, Pasquale Mordasini, Jan Gralla, Andreas Raabe.

L'objectif du traitement d'un anévrisme cérébral est de le couper complètement et le plus durablement possible de la circulation sanguine afin d'éviter une rupture entraînant une hémorragie cérébrale. Deux techniques de traitement différentes sont disponibles à cet effet : Clipping microchirurgical ou coiling endovasculaire (avec ou sans dispositifs supplémentaires tels que les stents intracrâniens).

Clipping = Opération microchirurgicale ⇒ Traitement en neurochirurgie

Coiling = Intervention endovasculaire ⇒ Traitement en neuroradiologie interventionnelle

Clipping microchirurgical

La fermeture d'un anévrisme à l'aide d'un clip est effectuée sous un microscope chirurgical. Un clip fonctionne comme une agrafe qui sépare l'anévrisme de la partie saine du vaisseau. Ce petit clip, fait de titane ou d'un alliage métallique spécial, est placé sur le col ou la base de l'anévrisme et ferme ensuite le sac anévrismal. Cette méthode a été utilisée pour la première fois par Walter Dandy en 1937 aux États-Unis. Depuis lors, une variété de clips de différentes formes et tailles ont été développés. Le clip approprié est ensuite sélectionné en fonction de la taille, de la configuration et de l'emplacement de l'anévrisme. Un mécanisme à ressort permet au clip placé d'exclure l'anévrisme du vaisseau de support, empêchant ainsi une éventuelle rupture.

 

La taille de l'incision cutanée est la plus petite possible pour obtenir un résultat cosmétique optimal. Par la suite, le crâne osseux est ouvert précisément au-dessus de la base latérale du crâne. Cela crée une voie d'accès douce sous le cerveau ou entre les lobes cérébraux. Au cours de cette étape, le microscope chirurgical fournit un fort grossissement et un excellent éclairage. L'utilisation du microscope permet au neurochirurgien d'identifier et d'épargner les vaisseaux qui s'écoulent près de l'anévrisme. Les techniques chirurgicales modernes telles que l'angiographie infrarouge peropératoire *, la surveillance électrophysiologique et la navigation dans l'anévrisme navigation dans l'anévrisme ont considérablement amélioré la sécurité et le caractère invasif du clipping. Les anévrismes importants et complexes nécessitent souvent des techniques supplémentaires telles que le bypass (détournement du sang), le trapping (exclusion) ou les techniques de wrapping (réacheminement). Les avantages généraux du clipping microchirurgical sont un taux de fermeture plus élevé et, dans la grande majorité des cas, la suppression du suivi ultérieur.

Coiling endovasculaire

Lors de l'élimination d'un anévrisme par coiling, des coils en platine sont placés de manière endovasculaire, c'est-à-dire par la voie vasculaire, dans l'anévrisme à l'aide d'un microcathéter. L'objectif est de boucher l'anévrisme de l'intérieur. Les coils mènent à une thrombose dans l'anévrisme et donc à la fermeture de l'anévrisme.

Comme pour la chirurgie, une anesthésie générale est nécessaire pour le traitement endovasculaire. L'accès se fait généralement par l'artère fémorale, dans l'aine. Grâce au contraste et à la fluoroscopie, l'anatomie des vaisseaux et des instruments peut être suivie et progresser dans les artères cérébrales. Une fois que le microcathéter est dans l'anévrisme, les coils sont placés pour fermer progressivement l'anévrisme. Selon la complexité et la forme de l'anévrisme, il peut être nécessaire d'utiliser un ballon supplémentaire ou un stent pour assurer le bon placement du coil dans l'anévrisme.

Qu'est-ce qui est le mieux : le clipping neurochirurgical ou le coiling endovasculaire?

En général, la chirurgie pour un anévrisme non rompu est plus facile que pour un anévrisme rompu après une hémorragie. Par conséquent, si la difficulté chirurgicale ou endovasculaire est la même - ce qui est différent pour chaque anévrisme et doit toujours être discuté conjointement par les neuroradiologues et les neurochirurgiens dans une discussion commune - la préférence devrait être donnée à l'approche endovasculaire. En revanche, la chirurgie est plus facile pour les anévrismes incisionnels non rompus et les résultats de la chirurgie et de la thérapie endovasculaire sont à peu près aussi bons.

Aujourd'hui, il n'y a plus de concurrence entre les deux processus. Ils sont plutôt utilisés là où ils ont leurs points forts. Par exemple, il existe des localisations ou des formes d'anévrismes qui orientent la thérapie dans une direction dès le début. La discussion sur la meilleure procédure à suivre n'existe plus aujourd'hui.

Quels sont les facteurs déterminants pour le choix de la thérapie?

Dans le cas d'un anévrisme intracrânien, plusieurs facteurs doivent être pris en compte et confrontés les uns aux autres afin de déterminer la stratégie de traitement optimale pour chaque patient.
Les facteurs spécifiques à l'anévrisme sont notamment les suivants :

  • taille
  • localisation anatomique
  • morphologie
  • relation entre les vaisseaux sortants et l'anévrisme
  • thrombose partielle
  • calcifications des parois

Les facteurs spécifiques au patient sont notamment les suivants :

  • âge
  • conditions préexistantes
  • statut clinique-neurologique

Taille et forme de l'anévrisme

Le taux de complication des traitements endovasculaires et chirurgicaux est lié à la taille de l'anévrisme. Pour le clipping, le taux de complication augmente avec la taille. Dans le cas du coiling, le taux de réussite et le taux de fermeture sont nettement plus faibles pour les anévrismes de très grande taille. Même pour les anévrismes très petits < 2 mm, la thérapie endovasculaire est limitée car le comblement du sac anévrismal avec un coil n'est pas possible en dessous d'une certaine taille ou ne peut être effectué qu'avec des accessoires tels que des stents et des ballons. D'autres anévrismes sont mieux fermés endovasculairement.

Localisation anatomique de l'anévrisme

L'emplacement anatomique de l'anévrisme joue un rôle majeur dans la décision entre le clipping et le coiling. La localisation influence la sécurité et l'efficacité des deux formes de traitement. Pour les anévrismes des vaisseaux cérébraux postérieurs, le taux de complication du clipping est plus élevé que pour les anévrismes des vaisseaux cérébraux antérieurs *, * et la thérapie endovasculaire est plus douce et meilleure. En revanche, les anévrismes dans la région de la bifurcation de l'artère cérébrale moyenne sont plus fréquemment clippés. Cela est principalement dû à l'anatomie généralement large des anévrismes et à la fréquente ramification du collet de l'anévrisme. Ces facteurs morphologiques signifient que le traitement endovasculaire doit généralement être effectué avec des dispositifs supplémentaires tels que des stents, ce qui entraîne un taux de recanalisation plus élevé et un risque plus important immédiatement avant, pendant et après l'intervention.

Circonstances particulières

Bien que la plupart des anévrismes puissent être traités par une thérapie microchirurgicale ou endovasculaire, il existe de rares anévrismes qui nécessitent une approche de traitement spéciale. Il s'agit principalement d'anévrismes énormes (> 2,5 cm), calcifiés ou partiellement thrombosés. En fonction de l'indication clinique, ils peuvent être traités soit par microchirurgie, soit par voie endovasculaire. Dans certaines circonstances, un bypass peut également être nécessaire. Le traitement des anévrismes intracrâniens partiellement thrombosés - surtout s'ils sont également de grande taille - peut être difficile pour les deux méthodes thérapeutiques. La thérapie endovasculaire présente l'inconvénient de rendre difficile une occlusion serrée et stable, en particulier dans les anévrismes partiellement thrombosés. Dans ces cas, la microchirurgie est une bonne alternative si le collet de l'anévrisme est facilement accessible pour l'application de clips. Les calcifications de la paroi dans la région du cou sont souvent une contre-indication au clipping, car il est difficile de placer correctement le clip au niveau du cou de l'anévrisme en raison de la calcification. Les déviateurs de flux ont ouvert de nouvelles possibilités dans la thérapie endovasculaire, en particulier dans les grands vaisseaux proximaux.

Facteurs spécifiques aux patients

Plusieurs études ont montré que l'âge du patient est un déterminant important de la réussite du traitement de l'anévrisme *, les patients plus âgés étant plus susceptibles de bénéficier d'un traitement endovasculaire moins invasif. Une analyse de sous-groupe de l'essai ISAT a montré un taux accru d'invalidité ou de décès chez les patients plus âgés ayant subi une rupture d'anévrisme intracrânien (43,9 % contre 39,9 %) en comparant directement le groupe de traitement microchirurgical au groupe de traitement endovasculaire*. D'autre part, chez les patients plus jeunes, en particulier ceux dont l'anévrisme non rompu a été diagnostiqué accidentellement, la thérapie microchirurgicale semble offrir des avantages en raison de meilleurs taux de fermeture à long terme et de taux de complications moins fréquents entourant l'intervention par rapport aux patients plus âgés.

Les patients en mauvais état clinique et neurologique après une hémorragie sous-arachnoïdienne grave et les patients présentant un vasospasme sont des candidats préférentiels pour un traitement endovasculaire. Si un patient développe un hématome volumineux après une rupture d'anévrisme, il est généralement raisonnable de clipper l'anévrisme rompu immédiatement lors de l'ablation chirurgicale d'urgence de l'hématome. Chez les patients souffrant d'anévrismes rompus ou non rompus et présentant des conditions préexistantes graves, la thérapie endovasculaire est préférable en raison des risques périopératoires plus faibles.

Autres facteurs

D'autres facteurs décisifs dans le traitement des anévrismes sont l'expérience et le volume de traitement des neurochirurgiens traitants et des neuroradiologues interventionnels. Plusieurs études ont montré une corrélation entre les faibles taux de complications et les centres dits "à grand volume" disposant de chirurgiens qualifiés pour le traitement microchirurgical et endovasculaire des anévrismes rompus et non rompus *. Par conséquent, le traitement des anévrismes doit être effectué par des neurochirurgiens et des neuroradiologues interventionnels expérimentés et spécialisés dans un centre neurovasculaire suprarégional chaque fois que cela est possible pour obtenir le meilleur résultat possible pour le patient.

Notre expérience à l'Inselspital - une médecine de pointe internationale dans le traitement des anévrismes

À l'Inselspital, chaque patient souffrant d'un anévrisme est évalué individuellement. Après un examen approfondi de tous les facteurs mentionnés, les neurochirurgiens et les neuroradiologues interventionnels décident ensemble quelle procédure a le plus de chances de réussir pour le patient tout en présentant le risque le plus faible. Les facteurs et les considérations sont ensuite discutés avec le patient et la meilleure procédure est déterminée ensemble.

Le centre d'anévrisme de l'Inselspital offre toute la gamme des thérapies d'anévrisme, les meilleures technologies et l'expérience nécessaire. Avec plus de 1200 décisions annuelles de traitement, toujours prises conjointement par des neurochirurgiens et des neuroradiologues interventionnels, nous sommes un centre spécialisé de réputation internationale. Ainsi, les experts de l'Inselspital sont souvent invités à prendre la parole lors de congrès internationaux et sont invités à participer à des groupes d'experts et à l'élaboration de recommandations à l'échelle européenne.

En outre, l'optimisation de la chirurgie des anévrismes est un axe de recherche du département universitaire de neurochirurgie. Ces dernières années, nous nous sommes particulièrement intéressés à trois stratégies de sécurité qui nous permettent d'effectuer des diagnostics et une surveillance pendant les opérations chirurgicales qui vont au-delà de la norme habituelle. Vous pouvez en apprendre davantage à ce sujet dans les rubriques Navigation vasculaire, Neuromonitoring peropératoire und Angiographie infrarouge.

Références

  1. Vernooij MW, Ikram MA, Tanghe HL et al. Incidental findings on brain MRI in the general population. N Engl J Med. 2007;357:1821-1828.

  2. Etminan N, Brown RD, Beseoglu K et al. The unruptured intracranial aneurysm treatment score: a multidisciplinary consensus. Neurology. 2015;85:881-889.

  3. Raabe A, Nakaji P, Beck J et al. Prospective evaluation of surgical microscope-integrated intraoperative near-infrared indocyanine green videoangiography during aneurysm surgery. J Neurosurg. 2005;103:982-989.

  4. Guglielmi G, Viñuela F, Sepetka I, Macellari V. Electrothrombosis of saccular aneurysms via endovascular approach. J Neurosurg. 1991;75:1-7.

  5. Molyneux AJ, Birks J, Clarke A, Sneade M, Kerr RS. The durability of endovascular coiling versus neurosurgical clipping of ruptured cerebral aneurysms: 18 year follow-up of the UK cohort of the International Subarachnoid Aneurysm Trial (ISAT). Lancet. 2015;385:691-697.

  6. Goldberg J, Schoeni D, Mordasini P et al. Survival and Outcome After Poor-Grade Aneurysmal Subarachnoid Hemorrhage in Elderly Patients. Stroke. 2018;49:2883-2889.

  7. Molyneux AJ, Kerr RS, Yu LM et al. International subarachnoid aneurysm trial (ISAT) of neurosurgical clipping versus endovascular coiling in 2143 patients with ruptured intracranial aneurysms: a randomised comparison of effects on survival, dependency, seizures, rebleeding, subgroups, and aneurysm occlusion. Lancet. 2005;366:809-817.

  8. McDonald JS, McDonald RJ, Fan J, Kallmes DF, Lanzino G, Cloft HJ. Comparative effectiveness of unruptured cerebral aneurysm therapies: propensity score analysis of clipping versus coiling. Stroke. 2013;44:988-994.

  9. Seifert V, Gerlach R, Raabe A et al. The interdisciplinary treatment of unruptured intracranial aneurysms. Dtsch Arztebl Int. 2008;105:449-456.

  10. Spetzler RF, McDougall CG, Zabramski JM et al. Ten-year analysis of saccular aneurysms in the Barrow Ruptured Aneurysm Trial. J Neurosurg. 20191-6.

  11. Berman MF, Solomon RA, Mayer SA, Johnston SC, Yung PP. Impact of hospital-related factors on outcome after treatment of cerebral aneurysms. Stroke. 2003;34:2200-2207.