Tumeur du cerveau

,

Une tumeur cérébrale est généralement une accumulation localement nouvelle (néoplasme) de tissus en croissance dans le cerveau. Les tumeurs cérébrales peuvent se développer directement à partir des cellules du cerveau ou provenir d'autres tumeurs, c'est-à-dire qu’elles sont alors des métastases cérébrales.

Tumeur du cerveau neu

Quels types de tumeurs cérébrales existe-t-il ?

Les tumeurs cérébrales sont classées selon des critères tels que l'origine cellulaire, la vitesse de croissance ou le pronostic.

Tumeurs cérébrales primaires et secondaires

L'origine et les caractéristiques moléculaires des cellules sont importantes pour la classification des tumeurs cérébrales. La tumeur est-elle constituée de cellules du cerveau ? Il s'agit alors d'une tumeur cérébrale primaire qui a pris naissance directement dans le cerveau. Si les cellules tumorales proviennent d'un autre organe, il s'agit d'une tumeur cérébrale secondaire, appelée métastases cérébrales.

Métastases cérébrales

Les métastases cérébrales sont des tumeurs filles d'une tumeur provenant d'une autre partie du corps. Cette tumeur provenant d'un autre organe est la tumeur primaire. Les cellules tumorales peuvent atteindre d'autres parties du corps via la circulation sanguine ou le système lymphatique et y implanter des "ramifications", appelées métastases. Les tumeurs qui donnent fréquemment des métastases au cerveau sont les tumeurs pulmonaires, le cancer du sein et le cancer de la peau (mélanome).

Tumeurs cérébrales bénignes, intermédiaires et malignes

En fonction de leur comportement de croissance, les tumeurs cérébrales peuvent être divisées en tumeurs cérébrales bénignes, intermédiaires (tumeurs bénignes avec dégénérescence potentielle) ou malignes. Les caractéristiques de base d'une tumeur cérébrale bénigne sont son taux de croissance plus lent et sa différenciation nette des tissus sains. Toutefois, la classification n'est pas toujours facile, car il existe aussi des tumeurs à croissance lente qui se développent de manière très infiltrante et des tumeurs initialement bénignes qui dégénèrent en tumeurs cérébrales malignes.


La classification l`Organisation Mondiale de la Santé (OMS) des tumeurs cérébrales

L'Organisation mondiale de la santé a classé les tumeurs cérébrales primaires en quatre grades différents. La classification selon les critères de l'OMS, les marqueurs moléculaires et le type de cellules tumorales sont déterminants pour la suite du traitement de la tumeur.

  • Le grade I de l'OMS correspond à une tumeur cérébrale bénigne, à croissance lente et de pronostic favorable.
  • Le grade II de l'OMS correspond à une tumeur cérébrale plutôt bénigne à intermédiaire.
  • Le grade III de l'OMS correspond à une tumeur cérébrale plutôt maligne, rarement encore intermédiaire.
  • Le grade IV de l'OMS correspond à une tumeur cérébrale maligne.

Aperçu des différents types de tumeurs cérébrales

Quels sont les symptômes d'une tumeur cérébrale ?

Selon la région du cerveau touchée, les symptômes d'une tumeur cérébrale peuvent être très différents. Un dépistage précoce est donc souvent difficile. Une tumeur cérébrale peut se manifester de manière dramatique par une crise d'épilepsie ou ne provoquer que des symptômes très peu spécifiques, fréquents même en cas de maladie bénigne. La localisation de la tumeur dans le cerveau est déterminante pour la symptomatologie. Les symptômes possibles des tumeurs cérébrales sont:

  • Crises d'épilepsie
    Activité épileptique, c'est-à-dire surexcitabilité du tissu sain au bord de la tumeur.
  • Déficits ou troubles fonctionnelsAltération de la parole, de la motricité, des sensations, de la vision, du calcul, de la réflexion, de la mémoire, de l'équilibre, de l'orientation, de l'humeur, du comportement, de la vigilance, de l'entrain, du comportement social, etc. en raison de la pression exercée par la tumeur sur les tissus environnants ou de la pénétration dans le cerveau adjacent.
  • Maux de tête, nausées, vomissements
    Une tumeur avancée entraîne une augmentation de la pression crânienne.
  • Changements psychiques
    Si la tumeur se développe dans des parties du cerveau fonctionnellement silencieuses (non éloquentes), elle peut passer inaperçue pendant un certain temps jusqu'à l'apparition de symptômes non spécifiques tels qu'un changement de caractère, de la fatigue, des oublis, une désorientation et une confusion. En général, les symptômes durent de quelques semaines à quelques mois au moment du diagnostic.

Comment diagnostique-t-on une tumeur cérébrale ?

Une tumeur cérébrale est diagnostiquée à l'aide de l'imagerie par résonance magnétique (IRM-de l’anglais MRI Magnetic Resonance Imaging). Elle fournit des images du tissu cérébral. L'utilisation de différents filtres (séquences) permet de visualiser les différentes caractéristiques de la tumeur. Selon le type de tumeur, les résultats vont d'un diagnostic presque certain, pour lequel la chirurgie est généralement l'étape suivante, à une vague suspicion de diagnostic, qui nécessite d'abord une biopsie (examen des tissus) pour obtenir un diagnostic définitif. Malheureusement, la détection précoce par une analyse de sang ou un examen de dépistage n'existe pas encore.

Centre certifié pour les tumeurs cérébrales

À l'Inselspital, la meilleure stratégie de traitement possible est définie individuellement pour chaque patient. Cette évaluation a lieu dans le centre certifié des tumeurs cérébrales, où une équipe interdisciplinaire discute et détermine toutes les options thérapeutiques pour chaque patient individuellement.

Ce tumor board hebdomadaire se compose de spécialistes en neurochirurgie, neurologie, neuro-oncologie, médecine nucléaire, radio-oncologie et pathologie.

Centre des tumeurs cérébrales

Quelles sont les options de traitement ?

Le traitement ultérieur varie en fonction de la tumeur. Vous trouverez des informations plus détaillées sur les options de traitement dans les pages consacrées aux différentes tumeurs cérébrales.

Opération d'une tumeur cérébrale

L'opération a deux objectifs :

  • Dans la mesure du possible, la tumeur cérébrale doit être entièrement retirée, jusqu'à la dernière cellule.
  • Les fonctions normales du cerveau ne doivent pas être affectées.

Une tumeur cérébrale bénigne est guérie après une résection complète. Dans le cas d'une tumeur cérébrale maligne, comme un glioblastome, la résection complète de la tumeur entraîne un meilleur pronostic et une meilleure durée de survie. À l'Inselspital, nous utilisons les méthodes les plus récentes en matière de navigation, d'ultrasons, d'IRM peropératoire et de techniques de fluorescence, ainsi que des appareils ultramodernes pour détecter la limite de la tumeur pendant l'opération.

La priorité absolue avant la résection complète de la tumeur est toutefois de préserver les fonctions cérébrales afin de permettre au patient de maintenir la meilleure qualité de vie possible. Tant pour les tumeurs cérébrales bénignes que malignes, nous préférons accepter un reste de tumeur plutôt que d'endommager durablement une fonction cérébrale importante. Dans le cas des tumeurs bénignes, ce résidu de tumeur est souvent observé pendant des années, voire traité et – dans le meilleur des cas - exterminé par la radiochirurgie. Dans le cas des tumeurs cérébrales malignes qui se développent de manière infiltrante et pour lesquelles une guérison complète par la chirurgie n'est pas possible, la radiothérapie et la chimiothérapie s'attaquent à la tumeur résiduelle.

La neurochirurgie de l'Inselspital est à la pointe dans le domaine de la sécurité des opérations. Afin de minimiser le risque de troubles neurologiques permanents, les fonctions importantes du cerveau sont surveillées en continu pendant l'opération. Le type de surveillance est déterminé individuellement pour chaque patient. Il s'agit par exemple:

  • de la cartographie dynamique que nous avons développée et qui permet pour la première fois de localiser en continu les zones de mouvement
  • les opérations en état d'éveil, pour surveiller la compréhension du langage ou la fonction visuelle
  • du monitoring intraopératoire, qui n'est pas seulement une priorité clinique et un champ de recherche actif, mais aussi une spécialitéde notre clinique

Que se passe-t-il après l'opération d'une tumeur cérébrale ?

La plupart des patients atteints de tumeurs cérébrales peuvent rentrer chez eux 5 à 7 jours après l'opération. Un rendez-vous peut être fixé la semaine suivante pour discuter des résultats de laboratoire (histologie du tissu tumoral retiré).

Si des déficits neurologiques tels que des troubles de la parole ou du mouvement apparaissent après l'opération, une rééducation neurologique en milieu hospitalier peut être utile. Il existe de nombreuses cliniques de réadaptation spécialisées dans la région de Berne et ses environs. Une demande est faite par les médecins traitants de l'Inselspital, en tenant compte des souhaits individuels du patient.

Si le patient ne souffre que de légères restrictions ou si la réadaptation en milieu hospitalier n'est pas souhaitée, il existe de nombreuses options de thérapie en ambulatoire pour faciliter le retour à la vie quotidienne familière. Il s'agit notamment de la physiothérapie ambulatoire, de l'ergothérapie, de l'orthophonie, des soins psychosociaux, etc.

Dans le cas des tumeurs bénignes et de certaines tumeurs intermédiaires qui ne nécessitent pas de traitement de suivi, des contrôles de suivi réguliers et des examens IRM sont effectués dans la neurocentre ambulatoire. Les intervalles de ces contrôles dépendent du type de tumeur et de la recommandation de notre conseil interdisciplinaire des tumeurs.

Dans le cas de tumeurs cérébrales nécessitant une radio et/ou une chimiothérapie complémentaire, un suivi régulier est assuré par les oncologues et radio-oncologuesradio-oncologues post-traitement.

Chimiothérapie

Afin de prévenir la récidive d'une tumeur après une exérèse chirurgicale complète ou la croissance d'un reste de tumeur, il peut être utile d'effectuer une chimiothérapie supplémentaire ou de soutien (adjuvante), en fonction des caractéristiques moléculaires et du classement de la tumeur. Les agents chimiothérapeutiques sont des substances qui exercent un effet destructeur sur l'ADN des cellules tumorales. Dans le cas des tumeurs cérébrales de   grade élevé (gliomes), une chimiothérapie postopératoire au Temodal (témozolomide) est généralement administrée en association avec une radiothérapie. Le Temodal peut généralement être pris sous forme de gélules et est en fait bien toléré par les patients.

Radiation

Radiothérapie

La radiothérapie ou le traitement par rayons est un autre traitement adjuvant (de soutien) important après la chirurgie des tumeurs cérébrales pour les tumeurs de grade élevé. L'objectif est de stopper la croissance des cellules tumorales restantes. Dans ce processus, des rayons X à haute énergie physique sont produits à l'aide d'un accélérateur linéaire et appliqués avec une grande précision à la région de la tumeur cérébrale. Les structures anatomiques et les territoires cérébraux environnants sont pris en compte. Comme la chimiothérapie, la radiothérapie peut perturber le processus de division cellulaire des cellules tumorales et ainsi entraîner la mort des cellules cancéreuses. Afin d'obtenir simultanément l'effet le plus élevé possible et le moins d'effets secondaires possible, la radiothérapie hypo-fractionnée (à faible dose) est généralement administrée en plusieurs séances. Pour les gliomes de grade élevé, cela correspond à 30 séances de 2 Gy chacune, soit une dose totale de 60 Gy.

Radiochirurgie

La radiochirurgie est une irradiation très ciblée, à haute dose, de une à cinq fois, qui est proposée comme traitement alternatif à la chirurgie ouverte pour les petites tumeurs bien définies. A l'Inselspital, un appareil de dernière génération, le CyberKnife, est utilisé à cet effet. Grâce à un bras robotisé contrôlé par ordinateur, la forte dose de radiation est administrée avec une précision extrême.

Études sur le traitement des tumeurs cérébrales

Les tumeurs malignes infiltrantes ou intermédiaires nécessitent souvent un traitement supplémentaire après l'opération. Les médicaments de chimiothérapie habituels ne sont toutefois pas toujours suffisamment efficaces. C'est pourquoi les médecins du monde entier sont constamment à la recherche de nouveaux traitements et explorent également des voies totalement nouvelles afin de réaliser une percée dans la lutte contre les tumeurs cérébrales malignes. Le succès de ces nouvelles approches thérapeutiques doit être vérifié et confirmé dans le cadre d'études strictement surveillées et approuvées par les autorités. Nous aidons nos patients à trouver une étude adaptée à leur maladie.

Études de la clinique universitaire de neurochirurgiee